La fondation de France présente

Un domaine dédié à la nature

Histoire

L’histoire du Parc de Branféré

1848

Construction du Manoir de Branféré par la famille Freslon de la Freslonnière, qui parsème en même temps le domaine d’essences variées.

1884

Casimir et Zoé Jourde acquièrent le domaine de Branféré.

1909

Gaston Jourde hérite du domaine. Son épouse Nelly Rollet, fille du Général Rollet, devient l’âme de Branféré. On l’appelle d’ailleurs “la grande dame de Branféré”.

1932

Paul, fils de Gaston et Nelly né en 1907, hérite du domaine et de la fortune de ses parents.

1933

Grâce à l’héritage qu’il a reçu, Paul réalise ses rêves de voyages. Il est reçu par le Maharadjah de Kutch en Inde. C’est dans cet immense domaine que Paul découvrira de nombreuses espèces animales en liberté évoluant en harmonie avec l’Homme et la nature. Sous le charme, Paul s’inspirera de ces réserves et des préceptes bouddhistes pour Branféré.

1935

Paul épouse Hélène Castori, une aristocrate italienne et peintre, passionnée de voyage et de nature.

1940-1948

Le couple Jourde voyage en Inde, en Argentine et sur le continent américain à la découverte de la flore et de la faune exotique.

1948-1965

Paul se consacre à la création de son “éden” à Branféré. Ses nombreuses relations nouées au fil de ses voyages avec des scientifiques et des directeurs de parcs zoologiques sont une précieuse source de conseils. C’est pendant cette période que Paul rencontre François de la Grange, journaliste et producteur célèbre pour son émission télévisée “Les animaux du monde”. Il fera également la connaissance de Konrad Lorenz, biologiste et zoologiste cofondateur de l’éthologie (étude du comportement animal). Séduits par le site, ces deux derniers deviendront des habitués du parc.

1965

Après plus de 30 ans d’aménagement du parc, le couple Jourde, encouragés par les pouvoirs publics, ouvre le domaine au public. Le succès est immédiat. La notion d’écologie commence à émerger et Branféré s’inscrit naturellement dans la mouvance. En parallèle, la notoriété d’Hélène s’étend à l’international et ses oeuvres lui valent le surnom de “peintre du paradis”.

1972

Paul rencontre des difficultés administratives, il est contraint de fermer le parc. S’ensuit une série de soutiens de la part des scientifiques qui craignent de perdre un terrain d’observation unique en France mais aussi du grand public et de la presse. Face à l’ampleur des réactions, le Ministre des finances trouve une solution favorable à Branféré qui peut rouvrir ses portes dès la saison suivante.

1973

Création de la S.A. Parc de Branféré

1986

Suite au décès de Paul Jourde, Hélène se consacre entièrement au domaine. N’ayant pas d’héritier, elle cherche une solution pour préserver le devenir du parc. C’est finalement à travers un legs à la Fondation de France qu’elle assurera la pérennité et l’avenir de Branféré.

1988

Après le décès d’Hélène Jourde, la Fondation de France devient propriétaire du domaine et actionnaire principal de la SA. Elle investit dans la remise en état du domaine.

1990

Cette année marque l’arrivée des premiers animaux menacés de disparition et appartenant à des EEP (Programme d’Elevage Européen). La mission écologique du parc se renforce.

2002

Branféré lance son spectacle d’oiseaux face au château. Une manière de présenter les nombreuses espèces du parc aux visiteurs et d’en apprendre plus sur leur mode de vie.

2004

Création de l’Ecole Nicolas Hulot par la Fondation de France et la Fondation pour la Nature et l’Homme. L’objectif est de créer une école de la biodiversité afin de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux.

2006

Création de la plaine africaine, un espace de 5 hectares accueillant girafes, gnous bleus, damalisques, oryxs, zèbres, autruches, grands koudous et cobs à croissant.

2010

Lancement du Parcabout®, des filets dans les arbres inspirés de l’accastillage des voiliers de course pour amuser petits et grands. Un concept innovant et écologique qui apporte un supplément ludique à la visite du parc.

2013

Fort de ces engagements en faveur du développement durable, le parc obtient la certification internationale Green Globe.

2014

Création de l’espace marin. 3 bassins pour accueillir les phoques veau marin et les manchots de Humboldt. S’y ajoute l’aquavision, une vitre de 14m2 pour observer les animaux sous l’eau.  Lancement d’un nouveau Parcabout® de 3000 m2 de filets.

2015

Création de la vallée indienne où évolue rhinocéros indiens, antilopes cervicapre, nilgauts, cerfs de Duvaucel, cerfs cochons, oies et demoiselles de Numibie. Un vaste espace surplombé d’une passerelle de 3 mètres de haut permettant aux visiteurs d’observer les animaux.

2016

Construction de nouveaux bâtiments pour l’accueil des visiteurs ; une billetterie-boutique et un restaurant avec 3 nouvelles salles. Le parc compte désormais 5 points de restauration pour soigner les papilles des visiteurs.