La fondation de France présente

Un domaine dédié à la nature

Mission scientifique

Un terrain d’observation pour la recherche

Le parc de Branféré est un terrain privilégié pour la recherche sur les modes de vie des animaux. Cette connaissance contribue à leur préservation et à la qualité des relations que nous établissons avec eux. De part le concept de semi-liberté des animaux, les travaux de recherche au parc se tournent naturellement vers l’éthologie. Cette science qui consiste à étudier le comportement des espèces animales dans leur milieu naturel est fortement liée aux actions de conservation. C’est donc en ce sens que Branféré souhaite faire évoluer les projets futurs de recherche sur le parc. Historiquement, le domaine était déjà un lieu d’observation pour les scientifiques comme Konrad Lorenz, précurseur de l’éthologie.

Les acteurs de la recherche de Branféré

  • Le laboratoire d’éthologie animale et humaine “Ethos” de l’Université de Rennes (https://ethos.univ-rennes1.fr/), situé à une centaine de kilomètres du parc, il travail notamment sur plusieurs espèces déjà présentes à Branféré comme les primates et les sturnidés (famille de passereaux).
  • Le parc animalier et botanique de Branféré  est engagé dans des programmes de conservations ex-situ via des EEP et in-situ par le financement d’organismes ou l’élevage d’espèces en vue d’une réintroduction en milieu naturel.
  • L’Ecole Nicolas Hulot qui développe des activités pédagogiques sur le principe de la médication animale à destination d’enfants en situation de handicap physique ou mental.
  • La Fondation Pierre et Adrienne Sommer (https://www.fondation-apsommer.org/) qui soutient le laboratoire Ethos et plus largement la cause animale, l’éducation et la recherche sur l’éthologie et la médiation animale.

Vers un partenariat avec le laboratoire Ethos ?

Différentes pistes de réflexion sont abordées pour la mise en place de projets de recherche avec le laboratoire Ethos dans un futur proche.

  • L’étude de différents protocoles de reproduction et d’élevage d’anatidés (oies, cygnes, canards et espèces apparentées) afin d’optimiser la réussite d’une réintroduction en milieu naturel. Etudier l’influence des conditions d’élevages sur la capacité des jeunes de cette espèce à s’adapter à un nouveau milieu permettrait de mesurer les chances de réussite d’un tel programme.
  • L’étude de plusieurs espèce de sturnidés pourrait également être envisagée à travers la création d’une volière servant à la fois de volière communautaire pour présenter les différentes espèces au public et de volière d’émancipation pour les jeunes oiseaux destinés à être réintroduits. En parallèle, une zone de reproduction et de transit d’oiseaux d’eau pourrait voir le jour en coulisse.
  • Les animations proposées par l’Ecole Nicolas Hulot au public en situation de handicap pourraient quant à elles servir de support à la recherche sur la médication animale. Le principe serait d’observer si le comportement des animaux diffère ou non avec ce type de public.

 

Chacun de ces projets de recherche est inscrit naturellement dans l’ADN de Branféré et s’accorde avec les missions qui guident l’évolution du parc.